Connectez-vous S'inscrire
Phosphoriales.com - Innovation participative
Phosphoriales Phosphoriales
Your SEO optimized title
Phosphoriales.com
Rendre visible et audible la myriade d'idées qui sommeillent dans les organisations et les territoires


Plus qu'une méthode Phosphoriales apparait comme un dispositif


En construction: Ce travail est le début d'une exploration menée sur les dispositifs de formation mise en oeuvre dans les grandes écoles de management. La première étape consiste a repérer les théories qui sont susceptibles d'éclairer la problématique posée. Il pourrait donner lieu à la production d'un article de recherche. La question du dispositif est importante également pour éclairer la démarche Phosphoriales.


Plus qu'une méthode Phosphoriales apparait comme un dispositif
Problématique: Les dispositifs de formation mis en place dans les Grandes Ecoles de Management ont pour ambition de former des managers compétents en les équipant de savoir - faire et de  savoir être qui leur seront utiles dans l'exercice de leurs futures fonctions professionnelles. Cet apprentissage passe par des processus pédagogiques qui font l'objet d' innovations permanentes. Les publications à ce sujet sont là pour le confirmer. Cependant, la plupart du temps ces innovations portent sur la manière de distribuer les contenus.  Mais rarement sont interrogés les dispositifs institutionnels qui sous tendent les pratiques pédagogiques et encore moins ce qu'ils font à ceux qui les subissent.  
 
Pourtant à la lumière des théories sur les dispositifs, il apparait clairement que ceux - ci ne sont pas sans conséquences sur la construction des identités générées durant ces parcours. C'est l'objet de ce projet d'article de s'y intéresser. 

On commencera donc par recenser diverses théories qui éclairent la problématique pour mener dans un second temps un travail d'enquête de type ethnographique fondé sur l'analyse du fonctionnement de ces institutions et une série d'entretiens qualitatifs approfondis. 

Premiers recensements des théories sur les dispositifs: 

On attribue à Michel Foucault le terme de dispositif qu'il définit comme  "un ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques ; bref, du dit aussi bien que du non-dit, voilà les éléments du dispositif. Le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on établit entre ces éléments (…). Le dispositif a donc une fonction stratégique dominante (…), ce qui suppose qu’il s’agit là d’une certaine manipulation de rapports de force (…). C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de force supportant des types de savoir, et supportés par eux » 


Giorgio Agamben (2006) dans son livre " Qu'est ce qu'un dispositif"  fait un retour sur l'histoire du concept  à partir de la définition de Foucault proposé dans les années 70  et en donne une  définition renouvelée: « Ce que j’essaie de repérer sous ce nom est premièrement un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, les lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref; du dit, aussi bien que du nom dit, voilà les éléments du dispositif, le dispositif lui même, c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments. » (Voir France Culture)

José Bleger dans son article "Psychanalyse du cadre" (dans Crise, Rupture et dépassement, Dunod, 1979, pp. 255-285) explore « la somme de tous les détails de l'aménagement du dispositif » (255) psychanalytique  qu'il assimile "à un cadre"  qui fonctionne comme une institution à l'intérieur des limites de  laquelle se produisent certains phénomènes, auxquels on donne le nom de comportement". Il  a pour lui une fonction contenante  "de la partie psychotique de la personnalité, c'est-à-dire de la partie non-différenciée et non-dissoute des liens symbiotiques primitifs". Il constitue un support sur laquelle le Moi se structure. 

Un autre auteur, Simon Lemoine confirme par une étude très détaillée qu'il a mené dans des écoles, des usines, des hôpitaux, des casernes, des supermarchés, des centres d'appels comment les institutions colonisent la conscience des sujets qui y sont confrontés. Ils subissent une normalisation de leur mode de penser et d'agir. Il parle à ce sujet de microviolences nombreuses et discrètes qui impactent le comportement des acteurs. Ces microviolences sont habituellement imperceptibles, diffuses et innombrables.

Ces microviolences invisibles ont cependant une fonction, elles produisent des individus  qui seront conformes à ce qu'attendent les institutions.  A la lumière de ces théories, il apparait clairement que les dispositifs pédagogiques que traversent les individus ne sont pas neutres. Ils génèrent des méta -  apprentissages qui sont rarement interrogés.  

Voir le résumé de sa thèse 


Le concept de dispositif est assez proche de celui d'institution proposé par  Cornelius Castoriadis (1975, 1986, 1988, 1990) qui la  définit  " dans le sens le plus large et le plus radical comme  normes, valeurs, langage, outils, procédures et méthodes de faire face aux choses et de faire les choses, et bien entendu l'individu lui-même, aussi bien en général que dans le type et la forme particuliers que lui donne la société considérée." (Castoriadis, 1986, p. 223)

 Les travaux de Kaës  pour comprendre le phénomène institutionnel en tant que dispositif sont fondamentaux. Il assimile celui - ci à un méta cadre "qui constitue l'arrière fond de notre subjectivité". C'est sur celui - ci qu'une partie de la psyché se construit et s'appuie. Le dispositif a une fonction d'étayage, d'appui qui permet la construction d'une partie de l'identité. Cette dimension apparait clairement lors des moments de crise qui se caractérisent par une rupture des étayages; c'est le temps de la souffrance. 

Kaes notamment met en évidence combien ce processus s'opère de façon inconsciente. Il parle à ce propos de pacte dénégatif
« J’appelle pacte dénégatif la formation intermédiaire générique qui, dans tout lien – qu’il s’agisse d’un couple, d’un groupe, d’une famille ou d’une institution –, voue au destin du refoulement, de déni, ou du désaveu, ou encore maintient dans l’irreprésenté et dans l’imperceptible, ce qui viendrait mettre en cause la formation et le maintien de ce lien et des investissements dont il est l’objet. On peut donc tenir le pacte dénégatif comme un des corrélats du contrat de renoncement, et de la communauté d’accomplissement de désir, et du contrat narcissique » (Kaës, 1988, p. 32). 

On doit être tres vigilant sur les dispositifs puisqu'ils nous constituent comme "Sujet". Il ne s'agit pas de les détruire mais d'y participer. En y participant les acteurs peuvent l'expérience de la liberté. 

Pour mener ce travail d'exploration les travaux de John Dewey retiennent notre attention au moins pour 3 raisons: 

  •  D'abord parce qu'il est beaucoup intéressé aux innovations pédagogiques qu'il a lui même observées en tant que chercheur et pédagogique (Notamment la pédagogie par l'action (Hands on Learning)
  • Ensuite parce qu'il propose une méthodologie d'enquête qui associe les individus à l'exploration d'un problème
  • Enfin et surtout parce qu'il plaide pour une démocratie dont la fonction est de contribuer les individus à devenir des personnes capables d'avoir une pensée autonome et selon cela s'apprend au plus tôt et notamment dans les établissements d'enseignement : "La démocratie est la forme de société dans laquelle tout homme possède une chance, et sait qu'il la possède (...) la chance de devenir une personne. Il me semble que l'on peut concevoir la dominante de la démocratie, comme mode de vie, comme la nécessaire participation de tout être humain adulte à la formation des valeurs qui règlent la vie des hommes en commun"John Dewey, The Ethics of Democracy, 1888, p. 248-249.

    Pour se construire il faut lui apprendre à participer au débat. Pour lui l'école ne foit pas être un lieu de compétition et de rivalité  " mais un lieu de vie pour l'enfant, où l'enfant soit un membre de la société, ait conscience de cette appartenance et accepte d'apporter sa contribution ". The Early Works of John Dewey, 1882 - 1898, vol. 5 : Early Essays, 1895-1898, SIU Press, p. 224-225;  " L'école n'est pas un moyen d'adapter l'enfant à la société des adultes, quelle qu'elle soit ; l'école est la société où l'enfant se prépare à la société qui sera la sienne demain ». (Gérard Deledalle, John Dewey, Paris, PUF : 1995:25). 


 


Une conférence du philosophe Simon Lemoine sur les dispositifs


Lu 165 fois

Nouveau commentaire :
Twitter