Connectez-vous S'inscrire
Phosphoriales.com - Innovation participative
Phosphoriales Phosphoriales
Phosphoriales.com - Innovation participative


Evaluer la complexité d'une tâche dans un projet



Cartes Poker Planning
Cartes Poker Planning
Un projet est toujours un exercice collectif. L'évaluation partagée et subjective de la complexité d'une tâche constitue un objet transitionnel intéressant pour consolider la dynamique d'un groupe projet. Les développeurs désignent la complexité d'une tâche comme étant le point d'effort d'une activité. 

Derrière cette notion, il faut entendre:  
- Le temps passé à faire pour réaliser la tâche 
- La difficulté à la réaliser : je sais ou je ne sais pas 
- Les risques qu'on peut rencontrer lors de la réalisation 
- Les dépendances potentielles avec d'autres éléments extérieurs

 Lors de la réunion dédiée à cette exploration, le groupe se met d'accord  sur les différents éléments qui caractérisent le point d'effort.  

Chaque équipier est équipé d'un jeu de cartes  Poker planning qui fait partie de la panoplie des jeux agiles inspirés du Scrum

Le facilitateur demande de voter face cachée le ou les caractéristiques du point d'effort
 
Une fois que tous les participants ont voté, le facilitateur leur demande de retourner ensemble leur carte. Plusieurs cas peuvent se produire
- Tous les participants sont le même avis 
- Il existe peu de différence entre les différentes propositions. L'équipe se met d'accord sur un point médian ou choisit le point le plus élevé
- Il existe beaucoup de différences de points de vue. L'usage dans ce cas est de faire parler la personne qui a le chiffre le plus bas et aussi celle qui à l'évaluation la plus haute.  Pour réduire la divergence, il est conseillé ici de redéfinir 2 par 2 les tâches. Cela contribue a clarifier les choses et facilite le consensus.  Pour les habitués du Scrum, cela consiste à revisiter le "backlog" ou liste de tâches spécifiques à chaque sprint ou étapes. Si par exemple, un groupe de 4 personnes sort les cartes suivantes  2 2 5 8, on fait travailler les gens qui ont produit 2 et 8 en binôme.
 
La suite des chiffres utilisée s'inspire de la suite de Fibonacci  qui est tres adaptée à l'exercice de l'évaluation. Emathématiques, la suite de Fibonacci est une suite d'entiers dans laquelle chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent. La suite commence par 0 et peut aller à l'infini à partir de cette règle. Dans la pratique, les participants des groupes Scrum utilisent principalement la suite suivante 1, 2, 3, 5, 8, 13… En général, les équipes s’arrêtent à 13 on peut aussi voir des équipes inclure le 21. 
 
 
 


Lu 126 fois

Nouveau commentaire :
Twitter